EN | ESFR | DE | JP

Finale vs Sibelius

Le moment est enfin venu ! Nous devons parler des deux souverains de la notation musicale, ceux qui sont restés au sommet depuis plusieurs décennies maintenant. Beaucoup ont essayé de leur voler la couronne mais ont échoué dans leur tentative – de Dorico à MuseScore en passant par Notion 6 -, et bien que certains d’entre eux aient de très bonnes fonctionnalités, Sibelius et Finale restent les logiciels leaders.

Maintenant, la sempiternelle question se pose dès que l’on compare ces deux logiciels : Sibelius OU Finale ? On dirait des rivaux opposés comme Windows ou Apple.

Céréales avant ou après le lait ? Café avec ou sans lait ? Dans ce post, nous voulons parler de leurs avantages et inconvénients d’un point de vue impartial et sans parti pris, afin que vous puissiez décider librement quelle est votre meilleure option en fonction de vos priorités !

SIBELIUS

Commençons par Sibelius ! De ces deux logiciels, on peut dire que Sibelius est probablement l’option préférée des débutants en notation musicale. Pourquoi ?

La principale raison est que son interface est plus conviviale : elle est très intuitive et agréable à l’œil. Vous voulez séparer les systèmes ? Il suffit de les déplacer par un simple cliquer-glisser. Vous voulez faire monter ou descendre une note ? Il suffit de faire de même. Vous n’avez pas besoin d’apprendre où tout se trouve ou de trouver un sous-menu spécifique pour réaliser ces astuces simples et très courantes, et c’est ce qui le rend si attrayant pour les amateurs et les passionnés dont la priorité n’est pas de devenir des professionnels.

Sibelius possède également un concept d’interface très intéressant. Sa simplicité initiale et accueillante ne fait pas peur aux débutants, et c’est probablement la raison pour laquelle Sibelius est si populaire. Cela peut sembler stupide au début, mais un utilisateur qui n’est pas sursaturé lors de ses premiers pas restera et prendra le temps d’en apprendre plus sur le logiciel.

Une fois que vous aurez maîtrisé l’interface initialement intuitive, qui implique de nombreux mouvements de souris fastidieux pour sélectionner chaque nouvelle longueur de note (croyez-nous, nous sommes tous passés par là !), vous pourrez passer à l’étape suivante : le Keypad (il était présent depuis le début mais était peut-être trop complexe à maîtriser au départ).

Le Keypad rend la saisie de notes 10.000 fois plus rapide ! Vous pourrez sélectionner n’importe quelle longueur de note, altération, articulation, liaison ou symbole en quelques clics. Ce raccourci par défaut automatisé et prêt à l’emploi est la cerise sur le gâteau et vous épargnera des heures et des heures de mouvements inutiles de la souris.

Après avoir appris le fonctionnement du Keypad, l’étape suivante consiste à se familiariser avec l’interface complète et l’organisation des menus de Sibelius, qui ressemble beaucoup à Microsoft Word, tant du point de vue visuel que de la structure.

Mais c’est là que les choses peuvent se gâter pour Sibelius. Si son interface initiale peut être intuitive, l’organisation de ses menus est tout sauf claire. Vous voulez faire quelques ajustements de base pour le projet ? Pas de problème, il suffit de perdre une heure à essayer de se souvenir du sous-menu correct pour l’outil très spécifique qu’ils ne veulent clairement pas que vous trouviez ! Vous pouvez toujours le chercher dans «find», mais allons, est-ce si difficile de mettre tout à sa place ?

Au lieu d’avoir tous ses outils proches les uns des autres et correctement rangés par thèmes, classes ou actions, Sibelius les distribue inutilement entre plusieurs emplacements différents. Si vous voulez entendre un véritable coup de gueule à ce sujet, nous vous recommandons à 100% la critique de Tantacrul – attention cependant, ça devient épicé ! ?

FINALE

Et pour Finale ? Il n’est pas surprenant que, lorsque l’on compare deux rivaux, l’un d’eux puisse présenter des solutions et des remèdes aux défauts de l’autre, mais cela se traduit également par un manque de vertus que l’autre avait à l’origine.

De même que Sibelius est parfait pour les débutants, possède une interface initiale facile mais est mal organisé, Finale est parfait pour les musiciens plus avancés ou les professionnels, possède une interface initialement complexe à laquelle il faut s’habituer, mais est bien organisée.

Finale est le meilleur choix si vous essayez vraiment de faire quelque chose de plus que d’ajouter de simples notes sur une portée en blanc. Il peut aller au-delà des possibilités de Sibelius à certains égards, c’est pourquoi il est probablement pensé pour quelque chose de plus que de simples amateurs : il dispose d’un grand nombre d’outils qui vous permettront de créer, de modifier, d’ajuster, d’affiner et de changer absolument tout ce que vous voulez. C’est pourquoi il est très efficace pour créer les partitions les plus professionnelles et prêtes à être publiées.

Même si vous n’essayez pas de faire quelque chose de farfelu, il a tout ce dont vous avez besoin, là où vous en avez besoin (Sibelius, faites attention !).

Cependant, toute vertu a son revers. Comment un logiciel aussi professionnel peut-il être simple et facile à utiliser au départ ? Eh bien… Il ne l’est pas. L’interface de Finale peut sursaturer un nouveau venu et l’effrayer, et même si l’utilisateur continue, apprendre où se trouve chaque outil et chaque petite option sera une tâche ardue. Mais la patience en vaut vraiment la peine ! Une fois que vous aurez maîtrisé Finale, vous serez le roi ou la reine incontesté(e) de la notation musicale !

La gravure de Finale a également son revers negatif. Bien qu’elle soit excellente, il est très frustrant d’essayer de rendre votre partition attrayante lorsque vous débutez. Cela est dû à la complexité de ses outils de gravure – il n’a pas l’interface intuitive de Sibelius, qui permet de cliquer et de glisser, ce qui vous donnera un véritable mal de tête au début. Finale est comme la programmation : apprendre le code est difficile, mais une fois que vous le maîtrisez, tout devient plus facile et meilleur !

DERNIÈRES RÉFLEXIONS…

Peut-être que Sibelius est effectivement le Apple de la notation musicale et que Finale est le Windows ! Après tout, nous n’étions pas si loin de les considérer comme des rivaux opposés, non ?

A vous de méditer sur toutes ces informations, et en fonction de vos priorités, de choisir celui qui correspond le mieux à vos besoins ! Et puis, le monde ne s’arrête pas là – il existe de nombreux autres logiciels, et certains sont même gratuits ! À cet égard, il se peut que vous trouviez que Sibelius et Finale sont tous deux assez chers, et que vous trouviez tout ce dont vous avez besoin dans un logiciel plus basique et gratuit comme MuseScore, qui sait ?

Share this content with your friends

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Related posts